<em>The Face</em>The Face Huile sur bois, 81,5 x 65 x 6 cm, 2014 <em>Silver Girl</em>Silver Girl Huile sur toile, 200 X 300 X 5 cm, 2010 <em>Purple Fashion Magazine - Fall winter 07/08 Vol III issue 8 (d’après Ellen Von Unwerth)</em>Purple Fashion Magazine - Fall winter 07/08 Vol III issue 8 (d’après Ellen Von Unwerth) Aquarelle sur papier Arches, 122 x 160 cm, 2008. <em>Pink flower</em>  Pink flower Huile sur toile, 77 x 101 cm, 2003. <em>La Banane</em>La Banane Huile sur toile, 255 X 355 cm, 2002

TURSIC & MILLE


Ida Tursic et Wilfried Mille sont deux artistes peintres nés en 1974, respectivement à Belgrade et à Boulogne-sur-mer, ils vivent et travaillent à Mazamet (France).

Ils interrogent, à travers la question de la peinture, de son support et de son sujet, celle de la reproduction du réel, de la circulation de ses représentations et de la production du fantasme.
Leurs peintures, leurs aquarelles et leurs gravures « recyclent », généralement en séries, des images préexistantes extraites de magazines, de films, de sites internet ou d'autres médias. Celles-ci sont recomposées par ordinateur et repeintes sur un support traditionnel de toile, ou récemment de bois ou de papier.
Ida Tursic et Wilfried Mille représentent des scènes où se côtoient le glamour, la pornographie, des natures mortes, des paysages ou des extraits de film, qu'ils traitent avec une intensité picturale maximale qui abolit toute hiérarchie entre les sujets. Ils explorent également les possibilités de l'abstraction avec des peintures proches de l'op'art, avec d'autres dues au hasard notamment réalisées à partir de leurs palettes recyclées. Leurs œuvres sont souvent brouillées par l'utilisation de jus argentés, de grilles, de dégoulinades de peintures masquant plus ou moins le motif, mettant ainsi à distance le sujet. Récemment, ils ont également produit des images stéréoscopiques en 3D. L'utilisation de ces procédés laisse apparaître leur volonté de ne pas représenter la réalité mais l'image médiatisée de celle-ci, et manifeste un certain humour, voire un regard décalé sur leur propre travail.

"La peinture ne peut pas être un geste fixe et breveté. Elle doit être vivante, réflexive, en perpétuel mouvement. La peinture doit être ouverte à tous les potentiels offerts par sa pratique. La peinture doit être opportuniste, sans oublier de se connaitre." Ida Tursic et Wilfried Mille

Pink flower

Le thème de la vanité assujettit paradoxalement la perte du sens à la mélancolie et à la mort

Ida Tursic et Wilfried Mille ne forment qu'un quand il s'agit de mettre en forme leur projet pictural. Ils sont convaincus que le plus beau et le plus étrange dans la peinture, c'est son obsolescence, ses imperfections, ses ratés, contrôlés ou non, qui contribuent à affirmer la présence du motif, mais font bien sentir qu'il reste insaisissable et impalpable.
De loin le motif est net, de près, flou, liquide, vaseux.
"Ces fleurs sont quasiment abstraites un petit peu comme Christopher Wool pourrait les peindre, et curieusement, dans les brunissures qui surgissent au milieu de ces fleurs, il y a là, un érotisme beaucoup plus puissant, je crois que dans certains des tableaux de femmes nues, là tout à coup, la peinture bave, coule et elle devient elle l’objet du désir."

Jean de Loisy